Prix de master / thèse de la CFDT
Le 30/08/2019 à 16h59 par Hélène Saudrais
Résumé

Le 28 août dernier, à l'occasion de l'université syndicale d'été, a été remis le prix de master de la CFDT. Pour cette première édition, c'est le travail de Cole Stangler qui a été récompensé.

C’est la première fois qu’un prix de master / thèse est décerné par la CFDT. Ce prix, qui a pour objectif de récompenser et de favoriser les recherches scientifiques sur l’histoire de la CFDT, consiste en une aide à la publication de 2 500€. Le jury, présidé par Jocelyne Cabanal, secrétaire nationale, était composé de militants CFDT et de deux universitaires : Isabelle Lespinet-Moret, professeur au Centre d’histoire des mondes contemporains (Paris 1), spécialiste de l’OIT et des questions de santé au travail, et de Claude Roccati, ATER à l’université de Limoges, spécialiste de l’histoire internationale de la CFDT.

 

Pour cette première édition, c’est le mémoire de Cole Stangler qui a été primé pour son étude intitulée La CFDT et les travailleurs immigrés dans les années 68 : la solidarité et ses limites, sous la direction de Frank Georgi.

 

 

Les portraits que Cole Stangler dresse de figures comme Edmond Maire ou Hubert Lesire-Ogrel permettent d’incarner cette politique et donnent corps à la doctrine de la CFDT. Il a choisi de mettre en avant la pensée politique et les leaders syndicaux qui l’ont construite et s’est centré sur les revendications et les actions collectives plutôt que sur le droit du travail en tant que tel. Il donne aussi à voir la manière dont la CFDT, associée à ses partenaires associatifs, CIMADE, GISTI, MRAP, a contribué à une pénalisation des discours de la haine raciale.

Ce mémoire repose non seulement sur l’étude de la doctrine confédérale, mais aussi sur la réalité concrète de la reconnaissance des droits des travailleurs immigrés, à tous les niveaux de l’organisation. Il ne cache pas non plus le plafond de verre qui existait malgré cet engagement de l’organisation et le peu de place faite à ces travailleurs au sein des instances CFDT.

Il n’en demeure pas moins que cette étude, très bien écrite et agréable à lire, montre la CFDT comme une des principales organisations de défense des travailleurs immigrés en France. Ce travail, qui résonne avec la période contemporaine, parlera à tous les militants, quel que soit leur niveau d’implication dans l’organisation.

 

Deux autres travaux ont également retenu l’attention du jury : le mémoire de Nicolas Guinard sur L’implication du MRP et de la CFTC dans l’adoption du code du travail de l’outre-mer (1944-1952) et la thèse de Jérome Couillerot sur La démocratie dans l’œuvre de Claude Lefort.

 

On attend la deuxième édition du prix avec impatience ! En attendant, nous ne manquerons pas de signaler la parution de l'ouvrage de Cole Stangler.

 

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte

Billets proches
Le 11/10/2018 par M. Mougel
Le 14/06/2018 par M. Mougel
Le 01/06/2018 par Hélène Saudrais
Le 15/10/2018 par Nicolas Perrais