Bulletin du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie

Le 21 mars 1884, la loi Waldeck-Rousseau relative à la liberté des associations professionnelles ouvrières et patronales, abroge la loi Le Chapelier du 17 juin 1791 et autorise la mise en place des syndicats. Les premiers syndicats chrétiens apparaissent rapidement[1], avant même que l'Église définisse publiquement sa doctrine sociale en 1891, par l'encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII.

 

À l'initiative de Jean-Baptise Giraudias, Frère des Écoles chrétiennes connu sous le nom de Frère Hiéron, se constitue à Paris le 13 septembre 1887 le Syndicat des employés du commerce et de l’industrie (SECI), à l’origine de la CFTC. Le syndicat se développe fortement entre 1890 et 1914, passant de 250 à 10 000 adhérents[2]. En 1913, la plupart des militants chrétiens se rassemblent dans une Fédération française des syndicats d'employés catholiques, regroupant près de 13 000 adhérents. Jules Zirnheld, à la tête du SECI depuis le 31 janvier 1906, joue un rôle essentiel dans la création de cette fédération[3], tout comme Gaston Tessier qui en devient le Secrétaire général[4].

 

La publication du Bulletin du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie[5] débute en 1890. Néanmoins, la collection conservée par les Archives de la CFDT débute au n°21 (mai-juin 1894). En 1901, la publication prend le nom de L'Employé.

 

 

Une du n°21 du Bulletin du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie (SECI), datée de mai-juin 1894.

Coll. Archives CFDT, CF/9/1.

 

 

Pour chaque document il est possible de faire une recherche plein texte.

1894
N°21 (mai-juin 1894)

N°22 (juillet-août 1894)

N°23 (septembre-octobre 1894)

N°24 (novembre-décembre 1894)

 

1895
N°25 (janvier-février 1895)
N°26 (mars-avril 1895)
N°27 (mai-juin 1895)

N°28 (juillet-août 1895)

N°29 (septembre-octobre 1895)
N°30 (novembre-décembre 1895)

 

1896
N° 31 (janvier-février 1896)
N°32 (mars-avril 1896)
N°33 (mai-juin 1896)

N°34 (juillet-août 1896)

N°35 (septembre-octobre 1896)

N°36 (novembre-décembre 1896)

1897
N°37 (janvier-février 1897)
N°38 (mars-avril 1897)
N°39 (mai-juin 1897)
N°40 (juillet 1897)
N°41 (août-septembre 1897)
N°42 (octobre 1897)
N°43 (novembre 1897)
N°44 (décembre 1897)

1898
N°45 (janvier 1898)
N°46 (février 1898)
N°47 (mars 1898)
N°48 (avril 1898)
N°49 (mai 1898)
N°50 (juin 1898)
N°51 (juillet 1898)
N°52 (août 1898)
N°53 (septembre 1898)
N°54 (octobre 1898)
N°55 (novembre 1898)
N°56 (décembre 1898)

1899
N°57 (janvier 1899)
N°58 (février 1899)
N°59 (mars 1899)
N°60 (avril 1899)
N°61 (mai 1899)
N°62 (juin 1899)
N°63 (juillet 1899)
N°64 (août 1899)
N°65 (septembre 1899)
N°66 (octobre 1899)
N°67 (novembre 1899)
N°68 (décembre 1899)

1900
N°69 (janvier 1900)
N°70 (février 1900)
N°71 (mars 1900)
N°72 (avril 1900)
N°73 (mai 1900)
N°74 (juin 1900)
N°75 (juillet 1900)
N°76 (août 1900)
N°77 (septembre 1900)
N°78 (octobre 1900)
N°79 (novembre 1900)
N°80 (décembre 1900)

Notes de bas de page