Collection des tracts non CFDT

  • Présentation du contenu :

    Cette collection réunit des tracts non CFTC-CFDT non illustrés. À l'exception de cinq tracts produits par l'Union des Syndicats CGT des Bouches-du-Rhône (1956), l'Union des travailleurs congolais (ca 1964-1966), l'Organisation communiste de France (1979, 1982) et la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (1973), la collection met essentiellement en lumière des tracts de professions de foi de candidats se présentant à l'élection de l'Assemblée territoriale de l'Oubangui-Chari, le 30 mars 1952.

    Le territoire de l'Oubangui-Chari était limitrophe de celui du Congo belge (1908-1960), territoire dans lequel s'inscrit l'Union des travailleurs congolais. Cette colonie belge devint indépendante le 30 juin 1960 sous le nom de République démocratique du Congo (RDC), ou "Congo Léopoldville", puis "Congo-Kinshasa" après le changement de nom de la capitale en 1966. Avec le mouvement politique de zaïrianisation, le pays s'est également appelé Zaïre de 1971 à 1997.

    Notons que l'ensemble des tracts est rédigé en français, à l'exception de celui produit par l'Union des travailleurs congolais (français, lingala, kiswahili, kituba et tshiluba). Ce constat témoigne que ces tracts ciblaient avant tout à une élite francophone.

  • Date :

    1952-1985

  • Description physique :

    Importance matérielle : 42 tracts

  • Cote :

    CFI/17/1-CFI/17/42

  • Langue : Français

    Lingala (langue bantoue)

     Kiswahili (langue bantoue)

    Kituba (langue bantoue)

    Tshiluba (langue bantoue)

  • Relation :

    Archives nationales d'outre-mer (ANOM)

    Ministère des Colonies. Direction des Affaires politiques. Oubangui-Chari :

    • FR ANOM 61COL1419 : Conseils et assemblées.- Assemblée territoriale : débats (1952).
    • FR ANOM 61COL2216 : Conseils et assemblées. Conseil représentatif (1952).
    • FR ANOM 61COL2300 : Administration générale et économie. Administration générale de la colonie. - : Mission Pinassaud (1951-1952) : rapport Vignes sur le service social.
  • Organisme : Archives CFDT, 47-49 avenue Simon Bolivar, 75019 Paris
  • Origine : La CFDT n'a pas produit les tracts de cette collection. Les différents producteurs, au nombre de sept, sont les suivants :
    - Candidats aux élections de l'Assemblée territoriale de l'Oubangui-Chari, 30 mars 1952
    - Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC)
    - Union des Syndicats CGT des Bouches-du-Rhône
    - Union des travailleurs congolais (UTC)
    - Organisation communiste de France (OCF)
    - Les amis de Robert et Tomek
    - Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD)
  • Biographie ou Histoire :

    Anciennes colonies françaises et Territoires d'outre-mer

    Candidats aux élections de l'Assemblée territoriale de l'Oubangui-Chari[1], 30 mars 1952 :
    Candidats indépendants ou se présentant sur des listes, pour l'élection de l'Assemblée territoriale de l'Oubangui-Chari du 30 mars 1952. L'Oubangui-Chari fut un territoire français en Afrique centrale entre 1903 et 1958, créé par le décret du 29 décembre 1903, portant organisation du Congo français et dépendances[2]. Colonie, puis territoire d'outre-mer de la République française en 1947, il devient, sous le nom de République centrafricaine (RCA), un État membre de la Communauté française en 1958, avant d'accéder à l'indépendance le 13 août 1960[3]. En 1935, la région de l'Oubangui-Chari comptait six départements, dont deux s'étendent sur le sud-ouest de l'actuel Tchad : Haute-Sangha-M'Poko, Oubangui-Ouaka, Mbomou, Ouham-Pendé, Logone, Chari-Bangoran.

     

    Organisations syndicales françaises

    Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) :
    Les 1er et 2 novembre 1919 se tient le congrès constitutif de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC), avec pour président Jules Zirnheld et comme secrétaire général Gaston Tessier. Au congrès extraordinaire des 6-7 novembre 1964, la CFTC se déconfessionnalise et prend le nom de Confédération française démocratique du travail (CFDT). Néanmoins, une minorité se regroupe dans une CFTC dite maintenue, autour de Joseph Sauty (président) et Jacques Tessier (secrétaire général).

    Confédération générale du travail (CGT), Union des Syndicats CGT des Bouches-du-Rhône :
    La Confédération générale du travail (CGT) est une organisation syndicale française de salariés créée le 23 septembre 1895. L'Union des Syndicats CGT des Bouches-du-Rhône regroupe les syndicats et syndiqués du département membre de la confédération, indépendamment de leur profession. Son siège est à Marseille.

     

    Organisations syndicales étrangères

    Union des travailleurs congolais (UTC) :
    L'Union des travailleurs congolais (UTC) est fondée le 6 avril 1960. Elle est issue de la Confédération des syndicats chrétiens du Congo (CSCC), fondée en 1946 et affiliée à la Confédération des syndicats chrétiens belges (CSC) et à la Confédération internationale des syndicats chrétiens (CISC).

     

    Mouvements politiques français

    Organisation communiste de France (OCF) :
    À la suite des évènements de mai-juin 1968, Charles de Gaulle signe le décret présidentiel du 12 juin 1968 portant dissolution d'organismes et de groupements, visant onze groupes ou mouvements communistes[4]. La dissolution de l'Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes va donner naissance à différents groupes, dont Rennes révolutionnaire qui devient [s.d.] l'Organisation communiste de France (OCF), mouvement marxiste-léniniste, qui publie Drapeau Rouge. Le 21 septembre 1980, le n°85 de Drapeau Rouge a pour titre « Soutenons Edmond Maire ! » [5].

     

    Associations françaises

    Les amis de Robert et Tomek :

    Les amis de Robert et Tomek, association loi 1901, est créée en janvier 1985 dans le but d'apporter un soutien humanitaire à Robert Chechlacz et Tomek Lupanow, élèves d'une école d'apprentissage de la banlieue de Varsovie emprisonnés en 1982 pour avoir tenté d'organiser une résistance armée en Pologne dans le but de libérer les membres de Solidarnosc internés dans le camp de Bialoleka. L'objectif de l'association est aussi d'informer l'opinion internationale, notamment par le biais d'outils de communication (articles, affiches, tracts, cartes, etc.), et d'organiser une campagne en faveur de leur libération. Elle est dissoute en mars 1988.

     

    Associations internationales

    Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD) :
    La Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD), est fondée le 8 novembre 1945. Elle est considérée par les Nations unies comme une organisation non gouvernementale représentative de la jeunesse internationale. La FMJD fut longtemps financée principalement par les pays communistes et était alors considérée comme une « organisation communiste de masse ». Son siège est aujourd'hui à Budapest.

     

    [1] Actuels République centrafricaine et Tchad.

    [2] Publié au Journal officiel de la République française du 24 janvier 1904.

    [3] Rappel des régimes coloniaux français à partir du XIXème siècle : Second empire colonial français (1815-1946), Union française (1946-1958), Communauté française (1958-1960).

    [4] Publié au Journal Officiel le 13 juin 1968, p.5625.

    [5] À partir de son numéro 94 (avril 1981), Drapeau Rouge porte le sous-titre de « Journal de l'Organisation communiste de France (démocratique) », et non plus « (marxiste-léniniste) ».

  • Histoire de la conservation :

    Aucun classement n'existait avant 1985, année de création du service des Archives confédérales de la CFDT. L'origine du premier classement vient de la découverte dans des boîtes d'archives dans la seconde moitié des années 1980 d'une série d'affiches éditées par les unions départementales CFTC, à l'occasion des premières élections des administrateurs des caisses de sécurité sociale et d'allocations familiales du 24 avril 1947.

    Les affiches conservées par le service des Archives confédérales ont été classées et référencées une première fois en 1994 dans une série A. En 2016, les Archives confédérales de la CFDT ont entrepris une refonte générale du cadre de classement des fonds figurés et classé l'ensemble de la collection des tracts non CFDT dans une sous-série CFI/17.

  • Accroissement :

    La collection des tracts non CFDT est ouverte et s'alimente au fil de l'eau, à compter de la publication de cet inventaire, par les versements des services confédéraux. La cotation est réalisée en continu.

  • Mode de classement :

    Les tracts ont été cotés et rangés en continu, par ordre chronologique. Le plan de classement est organisé en six parties : anciennes colonies françaises et Territoires d'outre-mer ; organisations syndicales françaises ; organisations syndicales étrangères ; mouvements politiques français ; associations françaises ; associations internationales.

  • Conditions d’accès :

    Statut juridique : archives privées.
    Tous les tracts sont libres d'accès et communicables en salle de lecture, sauf instruction contraire liée aux conditions de conservation.

    Communicable

  • Conditions d’utilisations :

    Par les Archives confédérales :
    En vertu d'une exception à des fins de conservation, l'auteur d'une affiche ne peut s'opposer à « la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou d'études privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés [...] par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». Selon ces conditions, les Archives confédérales sont en droit de procéder à une numérisation de la totalité des affiches, et de rendre communicable, sur un poste informatique en salle de lecture, les fichiers images issus de la numérisation.

     

    Par une tierce personne :
    Reproduction soumise à autorisation de l'auteur ou de ses ayants droit (jusqu'à 70 ans après la mort de l'auteur), en droit de demander la perception de droits patrimoniaux.
    Dans le cas des œuvres collectives, comme des œuvres pseudonymes et anonymes, la durée de ces droits est de soixante-dix ans à compter du 1er janvier de l'année civile suivant celle où l'œuvre a été publiée (art. 123-3 du CPI). Les oeuvres orphelines ne sont pas reproductibles. En cas d'utilisation, faire porter la mention « Coll. Archives CFDT ».

  • Bibliographie :

    Anciennes colonies françaises,  Oubangui-Chari :

    • AMAYE Maurice, Les Missions catholiques et la formation de l'élite administrative et politique de l'Oubangui-Chari de 1920 à 1958 , Université d'Aix-en-Provence, 1985, 2 vol., 876 p. (thèse de 3e cycle d'Histoire des pays d'outre-mer).
    • BRÉGEON Joël, Un rêve d'Afrique : administrateurs en Oubangui-Chari : la Cendrillon de l'Empire , Denoël, Paris, 1998, 327 p.
    • ÉBOUÉ Félix, Les peuples de l'Oubangui-Chari. Essai d'ethnographie, de linguistique et d'économie sociale , Comité de l'Afrique française, Paris, 1933, 104 p.
    • LIAUZU Claude (dir.), « Oubangui-Chari (Centrafrique) », in Dictionnaire de la colonisation française , Larousse, Paris, 2007, p. 513-514.
    • SIMITI Bernard, De l'Oubangui-Chari à la République Centrafricaine indépendante , L'Harmattan, collection Études africaines, Paris, 2013, 66 p.

     

    Union des travailleurs congolais (UTC) :

    • GERARD Emmanuel, WYNANTS Paul, Histoire du mouvement ouvrier chrétien en Belgique , volume 2, Leuven University Press, Louvain, 1994, 399 pages.
    • Union des travailleurs congolais (UTC), La vérité sur l'action de l'UTC, Union des travailleurs congolais , Léopoldville [Kinshasa], 1962, 192 p.

     

    Droit d'auteur :

     

  • Documents en relation :

    Archives nationales d'outre-mer (ANOM)

    Ministère des Colonies. Direction des Affaires politiques. Oubangui-Chari :

    • FR ANOM 61COL1419 : Conseils et assemblées.- Assemblée territoriale : débats (1952).
    • FR ANOM 61COL2216 : Conseils et assemblées. Conseil représentatif (1952).
    • FR ANOM 61COL2300 : Administration générale et économie. Administration générale de la colonie. - : Mission Pinassaud (1951-1952) : rapport Vignes sur le service social.