Collection des affiches de la Confédération française démocratique du travail (CFDT)

  • Présentation du contenu :

    Ce fonds reflète la Communication par affichage de la confédération CFDT entre novembre 1964 et 2016, mais aussi les événements sociaux, politiques et économiques de la France de cette période. On y retrouve les grands thèmes de l'action syndicale : manifestations (premier mai), revendications (retraites, sécurité sociale, emploi et chômage, temps de travail), congrès confédéraux, femmes, travailleurs immigrés et jeunes, syndicalisation. Ces affiches forment par conséquent une source unique pour la mémoire de la confédération CFDT, rarement exploitée jusqu'à présent.

    Le service Information Communication a également produit quelques affiches pour les associations loi 1901 créées et administrées par la CFDT. Elles sont présentées ici par ordre alphabétique :

    ASSECO (1981- )
    L'association Études et consommation CFDT (ASSECO-CFDT) est créée le 3 avril 1981 . Disposant d'une cinquantaine d'antennes locales, elle a pour objet d'assurer l'information, la formation, la défense de ses adhérents ; de les représenter dans les différentes instances ayant à connaître des problèmes de consommateurs et d'usagers ; de mener des études dans le domaine de la consommation. Les actions de l'ASSECO-CFDT sont un vecteur pour développer la CFDT et amener l'adhésion à l'organisation syndicale. L'association est membre de ConsoFrance, coordination des associations de consommateurs au niveau européen et international.

    CELIC (1981-1999)
    L'association nationale d'information et de liaison des activités sociales et culturelles des comités d'entreprise et similaires (CELIC) est créée le 18 février 1981 . Elle a pour objectif de renforcer et développer l'action de la CFDT en direction des comités d'entreprise, en particulier dans le domaine des activités sociales et culturelles. Cette mission s'exerce sous le contrôle et les orientations de la CFDT. Son conseil d'administration est composé de membres désignés par la confédération, des unions régionales et des fédérations. De mai 1981 à décembre 2001 l'association édite Liaison CE, publication destinée aux élus CFDT des comités d'entreprise.
    En 1999, l'association est dissoute et fusionne avec l'association Conseils, Expertises, Liaisons, Informations, Débats et Études (CÉLIDÉ). L'association CÉLIDÉ créée le 11 mars 1999 se veut un outil unique pour les élus de comités d'entreprise (CE) et élus des comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Elle a pour objet de créer et d'animer un réseau de compétences, en matière d'expertises, études, formations, conseils, échanges d'expériences, éditions, publications, informations, manifestations et projets, en lien avec la politique et l'orientation CFDT.

    Espace Belleville (1984- )
    L'Espace Belleville, est une association loi 1901 créée en 1984, dont le but est de faciliter le rapprochement entre le monde du travail et le monde de la culture, en permettant aux salariés de s'approprier l'art et la culture, mais en offrant aussi aux artistes et aux créateurs la possibilité de rencontrer le monde du travail et de présenter leurs œuvres à des publics qu'ils ne rencontrent pas toujours. Pour réaliser cet objectif, l'Espace Belleville organise régulièrement des expositions (peinture, sculpture, photographies, installations, etc.) dans les espaces d'accueil dont sont pourvus les immeubles de la CFDT, à Belleville et à Bolivar (Paris, 19ème).

    INPACT (1983-1999)
    L'Institut pour l'amélioration des conditions de travail CFDT (INPACT) est créé le 27 mai 1983 . Cette association est pensée comme un outil permettant une meilleure prise en charge des problèmes des conditions de travail par les organisations CFDT. Elle a pour mission de diffuser l'information sur les conditions de travail ; faire réaliser et diffuser des études ; proposer une assistance pour l'appel à des experts en conditions de travail ; vulgariser les expériences, actions et résultats sur les conditions de travail ; participer à des actions de formation ou d'animation . L'institut est construit sur un mode confédéré, géré par la Confédération, les fédérations et les régions. Il est dissout le 16 avril 1999 et fusionne alors avec l'association Conseils, Expertises, Liaisons, Informations, Débats et Études (CÉLIDÉ) .

    INVAC (1967-1996)
    L'association Investissements vacances (INVAC) voit ses statuts publiés au Journal officiel le 20 juillet 1967 . Pensée comme un outil pour le développement du tourisme social, elle a pour objet d'assurer le développement d'équipements vacances et de loisirs à gestion collective et sans but lucratif, accessibles aux jeunes et aux familles à revenus modestes. L'INVAC regroupe des militants de syndicats CFDT engagés dans les comités d'entreprise et d'associations de tourisme social regroupées dans des fédérations nationales : Fédération Loisirs vacances Tourisme (LVT), Fédération Léo Lagrange, Fédération Vacances Loisirs Familles (LVT). Elle a pour objectif la mutualisation des moyens visant le départ en vacances des ayants droit de ces comités d'entreprise et assimilés. À l'occasion de son assemblée générale extraordinaire du 19 novembre 1996, l'INVAC devient l'Union des comités pour les vacances (UNCOVAC) . En proie à des difficultés financières, l'association est liquidée en 2011 .

    Institut Belleville (1984- )
    L'institut Belleville, créé en juillet 1984, est l'héritier de l'Institut Syndical de coopération technique internationale (ICSTI) créé en 1961. Fondé à la suite d'une décision du Bureau confédéral du 20 septembre 1961 ; l'institut organise des sessions de formation et publie la publication Énergies syndicales (1961-1970). Dès 1970 la Confédération s'interroge sur l'avenir de l'ISCTI qui correspond davantage à un prolongement de la CFDT qu'à un organisme international à disposition des organisations syndicales étrangères, tel qu'envisagé à sa création ; l'institut est considéré à la fois comme un bureau d'études, un centre de formation, un lieu de confrontation en rapport avec la politique internationale de la CFDT. L'ISCTI devient finalement en juillet 1984 l'Institut Belleville tout en gardant son statut d'association loi 1901. L'Institut Belleville est aujourd'hui l'opérateur des projets de coopération syndicale internationale de la CFDT, tournée vers les projets solidaires à destination des pays en voie de développement.

  • Date :

    1964-2017

  • Description physique :

    Importance matérielle : 1228 affiches

  • Cote :

    CFI/6/1-CFI/6/1228

  • Langue : Français (principalement), anglais, portugais, espagnol, polonais, arabe, grec, turc.

  • Relation :


    Archives confédérales CFDT
    • Sous-série CFI/11 : Affiches intersyndicales .
    • CH/8/329 : Enquête du Secteur Information sur le système de communication de la CFDT (1981-1983).


    Bibliothèque nationale de France
    • Collection François Louvrier . Environ 80 affiches [ca 2002-2012] ; [ca 60 x 40 cm et moins]. Comprend des affiches de différentes unions et fédérations CFDT.


    Institut international d'histoire sociale (Amsterdam, Pays-Bas)
    • 247 affiches (1966-2014) . Réalisées par les auteurs suivants : Gracia Barrios, Jean-François Batellier, Carel, Antonio Guillem, Rémy Hebding, Henz, Hug, Laville, Léon Maret, Pélotsch, RS, Sabadel, Stou.
     

  • Organisme : Archives CFDT, 47-49 avenue Simon Bolivar, 75019 Paris
  • Origine : Secteur Édition de la Confédération CFDT (1964-1970)
    Commission Information de la Confédération CFDT (1970-1973)
    Secteur Information de la Confédération CFDT (1973-1985)
    Secteur Information Communication de la Confédération CFDT (1985-1988)
    Département Communication (1988-2001)
    Service Communication de la Confédération CFDT (2001-2008)
    Service Information Communication de la Confédération CFDT (depuis 2008)
  • Biographie ou Histoire :

    Le service Information Communication a pour mission de mettre en œuvre la politique de communication de la Confédération en réalisant plusieurs publications. Il regroupe aujourd'hui les unités Communication, Digitale et Presse. Le service actuel est l'héritier de plusieurs structures qui l'ont précédé avant 2008. Plusieurs commissions ad hoc ont existé jusqu'en 1958. Ont suivi successivement un secteur Propagande, problèmes féminins, jeunes (1958-1962), des secteurs dits « annexes » : économat, atelier de tirage, Syndicalisme et édition (1962-1970), une commission Information (1970-1973), un secteur Information (1973-1985), un secteur Information Communication (1985-1988), et simultanément, un service Communication et un service Infos médias (2001-2008).

    Jusqu'en 1958, il n'existe pas de véritable secteur. Les activités confédérales sont traitées au sein de commissions ad hoc . La « propagande » est alors considérée avec la formation comme un axe essentiel. C'est ainsi qu'à vu le jour une commission Propagande, problèmes féminins, jeunes, loisirs , placée sous la responsabilité de Simone Troisgros et assistée de Roger Tarnaud. Plusieurs outils sont créés tels que les agendas (à partir de 1952), les affiches, tracts, brochures. En 1958, la commission devient le secteur Propagande, problèmes féminins, jeunes, toujours animée par Simone Troisgros et Roger Tarnaud jusqu'en 1962. En 1960 est créé un service de l'économat, rattaché au secteur Organisation, mais essentiellement destiné à faciliter la réalisation et la diffusion du matériel d'information. La presse ne constitue pas un secteur en tant que tel. Pour les publications Syndicalisme Hebdo (depuis 1936) et Syndicalisme Magazine (1950-1975) , il n'y a que deux permanents. Dès 1961, ils s'entourent de collaborateurs journalistes extérieurs, pour la rédaction et la mise en page des publications.

    1962-1970
    Suite à l'arrivée d'Eugène Descamps au poste de Secrétaire général en 1961, le secrétariat confédéral est réorganisé. Le secteur Propagande, problèmes féminins, jeunes devient le secteur Féminin et loisirs (1962-1970). Les termes de propagande, d'information ou de communication disparaissent de l'organigramme confédéral. Néanmoins, il existe des secteurs dits « annexes » que forment notamment l'économat, l'atelier de tirage, Syndicalisme (de la publication éponyme) et l'édition .
    Dans la mesure où le nombre de tracts, dépliants, plaquettes, affiches, brochures va croissant, le rapport d'activité du congrès confédéral de 1963 signale un nouveau secteur intitulé service Édition, placé sous la direction de François Picard . Le service travaille en lien avec l'Économat pour la réalisation du matériel d'information et avec le service Juridique pour l'édition des brochures à destination des délégués du personnel et des comités d'entreprise. Le rapport d'activité du congrès confédéral de 1967 souligne l'effort du service économat pour les années 1966-1967 visant à accroître le matériel de communication.

    1970-1973
    Une commission Information voit le jour. Elle a en charge la publication de Syndicalisme. Le rédacteur en chef est épaulé de cinq puis de six journalistes à partir d'avril 1973 . Si les publications de Formation et de Réflexion formation (1947-1971) et Reconstruction (1946-1974) cessent respectivement de paraître en 1971 et 1974, une nouvelle revue paraît en 1973 destinée aux militants responsables, intitulée CFDT Aujourd'hui (1973-1997).
    En janvier 1971 la CFDT crée Montholon Services (MS), un organisme de réalisation et de diffusion du matériel d'action syndicale de la CFDT. Montholon-Services et son atelier de reprographie s'installent dans les locaux de la Confédération au 26, rue de Montholon, Paris 9ème.

    1973-1985
    Le congrès confédéral de 1973 est l'occasion pour le Bureau national de présenter un rapport intitulé « La CFDT et l'information » . Dans sa résolution, le congrès décide de prioriser l'information à la base et de privilégier la publication Syndicalisme Hebdo qui doit être l'organe alimentant la réflexion, la discussion et l'action collective.
    En janvier 1975, le secteur Information est coordonné par huit personnes . Un service de presse est rattaché au secteur. En février 1975, Syndicalisme magazine est remplacé par CFDT Magazine et l'année suivante a lieu la séparation de l'hebdo et du magazine en deux rédactions distinctes. À partir de 1978 est créé un service Diffusion rattaché à la fois au secteur Information et au secteur Financier. Il est en charge de la diffusion non seulement de Syndicalisme, mais aussi de l'ensemble des publications confédérales .
    La publication d'un rapport intitulé « L'information et la communication dans la CFDT » fait l'objet d'un débat au Bureau national de janvier 1983 . Réalisé à partir d'entretiens, le rapport s'apparente à une enquête sociologique sur les besoins d'information des militants et responsables CFDT. Le débat est repris au Bureau national de mai 1984 avec une note intitulée « Adapter, améliorer l'information et la communication de la CFDT » . Il s'agit dorénavant de mieux définir le public auquel s'adresse la CFDT et d'adapter chacune de ses publications.

    1985-2001
    En 1985, le secteur Information devient le secteur Information Communication et se compose du service Édition et des rédactions de Syndicalisme Hebdo et CFDT Magazine.
    Montholon-Services, qui gère notamment l'atelier de tirage, connait des difficultés financières croissantes. En 1988 la CFDT accepte de vendre la société à quatorze de ses salariés qui la reprennent sous la forme d'une société coopérative et participative (SCOP) .
    En 1988 se mettent en place les départements au sein de la Confédération. Le secteur Information Communication devient le département Communication et se compose de dix-sept permanents répartis dans trois sections : Syndicalisme Hebdo, CFDT Magazine et Communication.

    2001-2008
    La réforme suivante sur l'organisation confédérale aboutit en 2001 à la mise en place des services. Jusqu'en 2008, le département Communication scinde alors ses activités dans deux services distincts. Le service Communication se compose de huit permanents et le service Infos médias se compose de seize permanents ; celui-ci regroupe trois médias : le Magazine, l'Hebdo et le site internet .
    Il est envisagé dès 2007 de mettre en place une coordination commune entre les relations presse et la communication militante et institutionnelle . La fusion des deux services intervient en 2008.

    Depuis 2008
    En 2008, les services Communication et Infos médias fusionnent dans un service unique Information Communication.

  • Histoire de la conservation :

    Aucun classement n'existait avant 1985, année de création du service des Archives confédérales CFDT. L'origine du premier classement vient de la découverte dans des boîtes d'archives dans la seconde moitié des années quatre-vingt d'une série d'affiches éditées par les unions départementales CFTC, à l'occasion des premières élections des administrateurs des caisses de sécurité sociale et d'allocations familiales du 24 avril 1947 .
    Les affiches conservées par le service des Archives confédérales ont été classées et référencées une première fois en 1994 dans une série A. De 1994 à septembre 2015, les affiches versées par le service Information Communication n'ont été ni référencées, ni classées, conservées à plat dans une boîte Cauchard grand format. En 2016, les Archives confédérales CFDT ont entrepris une refonte générale du cadre de classement des fonds figurés et reclassées l'ensemble du fonds des affiches confédérales CFDT (postérieures au congrès extraordinaire de la CFTC des 6-7 novembre 1964).

  • Modalités d’entrée :

    Il s'agit de versements irréguliers du service Information Communication et des entités qui l'ont précédé jusqu'en janvier 2015. Depuis cette date, le service verse systématiquement, et de manière régulière, deux exemplaires de chaque nouvelle affiche. Avant d'entreprendre le classement du fonds, une démarche de collecte a été entreprise auprès du service pour réunir toutes les affiches n'ayant plus d'utilité. Plusieurs centaines de pièces ont ainsi été collectées auprès du service Information Communication. Néanmoins, en l'absence d'une procédure de collecte systématique avant janvier 2015, ce fonds ne peut prétendre à l'exhaustivité de la production d'affiches du service Information Communication de la Confédération CFDT et des entités qui l'ont précédé.

  • Information sur l’évaluation :

    Quand ils existaient, deux doublons maximum ont été conservés pour chaque affiche.

  • Accroissement :

    Le fonds des affiches de la Confédération CFDT est ouvert, et s'alimente au fil de l'eau par les versements du service Information Communication. La cotation est réalisée en continu.

  • Mode de classement :

    Les affiches classées et référencées une première fois en 1994 rassemblaient dans une même collection les affiches de nombreuses organisations CFDT (confédération, fédérations, unions régionales, départementales et locales, fédérations professionnelles, syndicats), des pièces pour lesquelles il n'était pas possible d'identifier clairement le producteur (intersyndicales) ou sans rapport avec la CFDT (associations, partis politiques, organisations syndicales étrangères). Les Archives confédérales ont fait le choix en 2015 de refondre ce classement sur le principe du respect des fonds. La série A a été abandonnée au profit d'une série Fi. Pour ce qui relève de la confédération, il convient à présent de distinguer les affiches de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) jusqu'à son évolution en 1964 , de celles de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) depuis cette date .

    Lors du reclassement de 2016, la priorité était de conserver l'ordre originel des documents tout en les rendant accessibles au public. Les affiches ont donc été cotées et rangées en continu, par ordre chronologique. À l'issue de ce classement chronologique et afin de faciliter le travail de recherche des lecteurs, il a été décidé de dresser un plan de classement en trois grandes parties : propagande confédérale ; associations créées et administrées par la CFDT, expositions.
    La première partie rassemble les affiches relatives aux congrès confédéraux, les campagnes revendicatives, la syndicalisation (qui promeut l'action de se syndiquer), les élections professionnelles, la publicité relative aux publications confédérales, les affiches vierges avec zones de texte libre pour panneaux d'informations syndicales, et les affiches ou bandeaux illustrant le logotype CFDT. La deuxième partie rassemble les affiches relatives aux associations créées et gérées par la CFDT. La troisième et dernière partie rassemble les affiches réalisées dans le cadre d'expositions présentées dans l'immeuble confédéral.

  • Conditions d’accès :

    Statut juridique : archives privées.
    Toutes les affiches sont libres d'accès et communicables en salle de lecture, sauf instruction contraire liée aux conditions de conservation.

  • Conditions d’utilisations :

    Par les Archives confédérales
    En vertu d'une exception à des fins de conservation, l'auteur d'une affiche ne peut s'opposer à « la reproduction d'une œuvre et sa représentation effectuées à des fins de conservation ou destinées à préserver les conditions de sa consultation à des fins de recherche ou d'études privées par des particuliers, dans les locaux de l'établissement et sur des terminaux dédiés [...] par des services d'archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial » . Selon ces conditions, les Archives confédérales sont en droit de procéder à une numérisation de la totalité des affiches, et de rendre communicable, sur un poste informatique en salle de lecture, les fichiers images issus de la numérisation.

    Par une tierce personne
    Reproduction soumise à autorisation préalable et, dans certaines conditions, à la perception par les auteurs ou leurs ayants droit des droits patrimoniaux (droits de représentation, reproduction et adaptation).

  • Existence et lieu de conservation des originaux :

    Archives confédérales de la CFDT