Secteur Organisation (1945-1984)

  • Présentation du contenu :

    Ce niveau présente les dossiers du secteur organisation (1958-1985), avec néanmoins des documents datés de 1945 à 1984. Parmi ses attributions, le secteur Organisation est chargé du suivi des relations avec les organisations CFDT (fédérations professionnelles, Unions régionales interprofessionnelles et départementales). En outre, le secteur coordonne les travaux de la Commission confédérale d'organisation (CCO). Celle-ci comprend des représentants de fédérations et d'Unions régionales interprofessionnelles (URI) élus par le Bureau national, par collèges séparés après appel de candidatures dans les organisations. Chaque organisation ne peut présenter qu'une candidature. La commission est élue après chaque congrès confédéral. Le développement de la syndicalisation -le fait de se syndiquer, de faire adhérer quelqu'un à un syndicat- occupe également une partie des activités du secteur Organisation.

    Le plan de classement de cet instrument de recherche s'organise en cinq parties : activités du secteur Organisation ; politique relative au fonds d'organisation confédéral ; relations avec les Unions régionales ; relations avec les Unions départementales ; relations avec les fédérations.

  • Date :

    1945-1984

  • Description physique :

    Importance matérielle : 132 articles, répartis dans 114 boîtes

    Importance matérielle : 11 mètres linéaires

  • Cote :

    CH/8/2152-CH/8/2283

  • Relation :

     

     

  • Origine : Secteur Organisation (1958-1985) - CFDT
  • Biographie ou Histoire :

    Jusqu'en 1958, il n'existe pas de véritable secteur au sein des services confédéraux. Les thématiques de travail sont suivies et prises en charge à la fois par un président de commission ad hoc -qui n'est pas membre du secrétariat confédéral- et par un Secrétaire général adjoint aidé ou non d'un ou plusieurs secrétaires confédéraux.

    En 1953, la Commission organisation et finances se compose du secrétaire général adjoint, Jean Alidières -lui-même assisté d'un chef comptable-, des gérants de la Maison des travailleurs chrétiens et du site de Bierville, du directeur de la Société auxiliaire des employés du commerce et de l'industrie (SAECI), et d'un responsable de l'administration. La Commission est à l'origine de la création en 1957 du fonds de développement, proposant une répartition des aides financières de la confédération aux organisations. La Commission formation se trouve sous la responsabilité de Raymond Lebescond, Secrétaire général adjoint et directeur de l'Institut confédéral d'études et de formation syndicale (ICEFS). Il est assisté à partir du 1er novembre 1953 de Jean Rupert.

    Parmi les sept secteurs confédéraux créés en 1958, le secteur Organisation a la charge des questions d'organisation (structures, fonds de développement), mais aussi de la formation, la presse, la propagande, les femmes, les jeunes et les loisirs. Ainsi, les activités de formation ont toujours été étroitement liées à l'histoire du secteur Organisation. Ce secteur est alors animé par Yves Morel -au titre de membre élu du Bureau confédéral- par René Bonety -conseiller technique- et par Jean Alidières au nom du Secrétariat confédéral. Jean-Marie Kieken -secrétaire confédéral- est affecté à partir de 1959 à l'organisation et Félix Nicolo rejoint l'équipe de l'ICEF pour la partie formation. Simone Troisgros et Roger Tarnaud sont quant à eux en charge de la propagande et des questions relatives aux femmes et aux jeunes.

    À partir de 1963, le périmètre du secteur Organisation est réduit et placé sous la tutelle du Secrétaire général Eugène Descamps. Sous le contrôle de la Commission d'organisation, le secteur Organisation gère le fonds de développement et intervient aussi dans les conflits entre structures de l'organisation. Le secteur est également en charge de la diffusion de Syndicalisme, élaboré par une équipe de quatre rédacteurs en 1962 puis six en 1970.

    À partir de 1962 les sessions de formation des permanents, du secteur Formation, ne sont plus dispensées à Bierville. Une commission confédérale de formation définit la politique confédérale en la matière. Le secteur a également la charge de la coordination des politiques fédérales de formation, qui ont émergé vers 1957-1958 et qui s'amplifient à partir de 1965. Il poursuit par ailleurs la diffusion des publications éditées à partir de la fin des années 1950 : les notes pédagogiques notamment (diffusées aux responsables de formation), la revue Formation et les Études syndicales (diffusées par correspondance).

    Le 35ème congrès confédéral de 1970 (Issy-les-Moulineaux, 6-10 mai 1970), donne de nouveaux statuts à la Confédération. Des modifications s'opèrent dans le découpage des secteurs confédéraux. Certains sont aussi redécoupés après le départ d'Eugène Descamps en 1971. Ainsi, le secteur Organisation se compose d'un seul secrétaire confédéral à plein temps de 1968 à mars 1978. En septembre 1970, le secteur Formation se compose de quatre secrétaires confédéraux. La publication des Etudes syndicales par correspondance s'arrête en juillet 1970 et celle de la revue Formation en septembre 1971. A la vieille du congrès de 1973, il est décidé de réformer le secteur Formation dans sa conception, sa composition et son champ d'activité. Il devient ainsi un secteur au même titre que les autres (et non plus un "Institut confédéral de formation", dont le titre est maintenu pour des raisons administratives). Au congrès de 1979, le secrétaire national ayant la responsabilité du service est remplacé et assure en même temps la responsabilité du secteur Organisation jusqu'au congrès de 1985.

    Cette même année, le secteur Organisation disparaît au profit d'un nouveau secteur Développement et organisation (1985-1988), en charge de la fonction de syndicalisation-développement et met en place et anime dès 1984 une cellule intersecteurs, le groupe d'action pour la syndicalisation (GAPS). Ce groupe est composé de sept à huit secrétaires confédéraux dont trois du secteur Développement et organisation qui y travaillent à temps partiel.

    Après le congrès de 1988 (Strasbourg, 22-26 novembre 1988), les secteurs confédéraux deviennent des départements. Les deux secteurs Développement Organisation (1985-1988) et Formation (1973-1988) fusionnent en un seul et même département Développement organisation et formation -ou DOF- (1988-2001)

  • Documents en relation :