Bulletin du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie

Le 21 mars 1884, la loi Waldeck-Rousseau relative à la liberté des associations professionnelles ouvrières et patronales, abroge la loi Le Chapelier du 17 juin 1791 et autorise la mise en place des syndicats. Les premiers syndicats chrétiens apparaissent rapidement[1], avant même que l'Église définisse publiquement sa doctrine sociale en 1891, par l'encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII.

 

À l'initiative de Jean-Baptise Giraudias, Frère des Écoles chrétiennes connu sous le nom de Frère Hiéron, se constitue à Paris le 13 septembre 1887 le Syndicat des employés du commerce et de l’industrie (SECI), à l’origine de la CFTC. Le syndicat se développe fortement entre 1890 et 1914, passant de 250 à 10 000 adhérents[2]. En 1913, la plupart des militants chrétiens se rassemblent dans une Fédération française des syndicats d'employés catholiques, regroupant près de 13 000 adhérents. Jules Zirnheld, à la tête du SECI depuis le 31 janvier 1906, joue un rôle essentiel dans la création de cette fédération[3], tout comme Gaston Tessier qui en devient le Secrétaire général[4].

 

La publication du Bulletin du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie[5] débute en 1890. Néanmoins, la collection conservée par les Archives de la CFDT débute au n°21 (mai-juin 1894). En 1901, la publication prend le nom de L'Employé.

 

Pour chaque document il est possible de faire une recherche plein texte. Au besoin, un tutoriel est disponible en cliquant ici.

 

 

Une du n°21 du Bulletin du Syndicat des employés du commerce et de l'industrie (SECI), datée de mai-juin 1894.

Coll. Archives CFDT, CF/9/1.

 

 

1894
N°21 (mai-juin 1894)

N°22 (juillet-août 1894)

N°23 (septembre-octobre 1894)

N°24 (novembre-décembre 1894)

 

1895
N°25 (janvier-février 1895)
N°26 (mars-avril 1895)
N°27 (mai-juin 1895)

N°28 (juillet-août 1895)

N°29 (septembre-octobre 1895)
N°30 (novembre-décembre 1895)

 

1896
N° 31 (janvier-février 1896)
N°32 (mars-avril 1896)
N°33 (mai-juin 1896)

N°34 (juillet-août 1896)

N°35 (septembre-octobre 1896)

N°36 (novembre-décembre 1896)

1897
N°37 (janvier-février 1897)
N°38 (mars-avril 1897)
N°39 (mai-juin 1897)
N°40 (juillet 1897)
N°41 (août-septembre 1897)
N°42 (octobre 1897)
N°43 (novembre 1897)
N°44 (décembre 1897)

1898
N°45 (janvier 1898)
N°46 (février 1898)
N°47 (mars 1898)
N°48 (avril 1898)
N°49 (mai 1898)
N°50 (juin 1898)
N°51 (juillet 1898)
N°52 (août 1898)
N°53 (septembre 1898)
N°54 (octobre 1898)
N°55 (novembre 1898)
N°56 (décembre 1898)

1899
N°57 (janvier 1899)
N°58 (février 1899)
N°59 (mars 1899)
N°60 (avril 1899)
N°61 (mai 1899)
N°62 (juin 1899)
N°63 (juillet 1899)
N°64 (août 1899)
N°65 (septembre 1899)
N°66 (octobre 1899)
N°67 (novembre 1899)
N°68 (décembre 1899)

1900
N°69 (janvier 1900)
N°70 (février 1900)
N°71 (mars 1900)
N°72 (avril 1900)
N°73 (mai 1900)
N°74 (juin 1900)
N°75 (juillet 1900)
N°76 (août 1900)
N°77 (septembre 1900)
N°78 (octobre 1900)
N°79 (novembre 1900)
N°80 (décembre 1900)

 
Notes de bas de page