Campagne d'affiches contre les sur-effectifs en maternelle, 1969-1984
Le 14/09/2018 à 14h08 par M. Mougel
Résumé

Entre les années 1970 et 1980, le Syndicat général de l'Education Nationale lance plusieurs campagnes en faveur d'effectifs plus réduits dans les classes de maternelles.

À partir des années 1970, le Syndicat général de l’Education Nationale (SGEN) entame une campagne de revendication et d’actions contre les classes surchargées. Si cette revendication est portée à tous les degrés de l’enseignement (primaire comme secondaire), elle a dans un premier temps concerné plus particulièrement les effectifs des classes de maternelle qui sont les plus lourds. C’est également à cette période que la maternelle commence à être davantage considérée comme une étape déterminante de l’enseignement primaire. Ce que le SGEN traduit dans le slogan « Pour nous tout se joue avant 6 ans ».

 

Dès 1969, la section SGEN du Bas-Rhin (Alsace) assure son soutien à sa commission maternelle, dans sa décision de limiter à 35 le nombre d’enfants par classe[1], citant pour cela l’avis de la Commission départementale de l’ordre des médecins « [estimant] que tout effectif dépassant les 35 élèves est néfaste à l’enfant aussi bien sur le plan physique que psychique et moral ».

 

 

      Pour nous, tout se joue avant 6 ans, affiche de 1974 (FSA/10/14)

Yvetot/Coll. Archives CFDT

 

 

C’est surtout avec le projet de décret de 1974, puis la circulaire ministérielle de 1976 que la revendication du SGEN sur les effectifs prend corps. Dans le bulletin d’information de la section académique de Nancy d’avril 1976 titrant « Ecoles maternelles, vers une prise en charge collective de notre vie professionnelle (Action 25 élèves par classe. Pour les maîtresses. Pour les parents) »[2], le SGEN se prononce sur le projet de circulaire en notant une absence de référence aux effectifs maximum autorisés par classe. Le syndicat met en garde contre la tentation de « rentabiliser » les infrastructures en augmentant le nombre d’enfants par classe. Cette tendance était déjà dénoncée dans un rapport [de 1971] paru dans Syndicalisme Universitaire n° 566[3], où l’on comptait, pour l’année 1969-1970, 1 627 200 enfants dans 41 550 classes de maternelles, soit une moyenne de 39 élèves par classe (un niveau équivalent à celui de 1959-1960, où l’on atteignait 41 élèves par classe).

 

 

 

Cinquante --> C'est trop ! Maternelles : 25 par classe / Affiche de1974 (FSA/10/15)

Auteur non identifié/Coll. Archives CFDT

 

 

Dans les faits, le seuil maximum réglementaire est fixé à 50 élèves (une nouvelle classe n’est créée qu’au-delà), justifié selon le ministère par un fort taux d’absentéisme aboutissant à des effectifs réels plus réduits. Or, pour le SGEN il s’agit « d’un phénomène très limité dans les sections des moyens et grands, et même chez les tous petits » : le sur-effectif est donc bien réel…

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire du SGEN, nous vous invitons à lire l’ouvrage de référence écrit par Madeleine Singer, Le SGEN des origines à nos jours, paru en 1993 aux éditions du Cerf. Nous vous conseillons également la lecture de L’école en lutte publié par le SGEN chez Maspero en 1977 dont un des chapitres « Pour nous tous se joue avant six ans » porte sur les actions sur les effectifs en maternelle. Sans oublier la brochure du SGEN Pour la maternelle éditée en 1973. Tous ces documents sont consultables aux Archives de la CFDT.

 

 

Agissons ensemble. 25 élèves par classe / Affiche, 1980-1988 (FSA/10/36

Pélotsch/Coll. Archives CFDT

 

 

Pour aller plus loin

  • SINGER Madeleine, Le SGEN, des origines à nos jours, Collection Histoire, Éditions du Cerf, 1993, 352 p.
  • SGEN CFDT, L’école en lutte, Actions effectifs-emploi-conditions de travail, FM Petite collection maspero, 1977, 190 p.
  • SGEN CFDT, Pour la maternelle, supplément à "Syndicalisme universitaire" n°696, 1973, 67 p.
  • FS/1/53-FS/1/55 : Limitation des effectifs des classes de l’école maternelle à 35 puis à 25 élèves, mobilisation du SGEN. (1969-1993)
 

[1] Cf. supplément à la revue du SGEN CFDT Alsace En Route n°114. (FS/1/53)

[2] SGEN-Actualité n°5, avril 1976 (FS/1/54)

[3] Syndicalisme universitaire, n° 566, pp. 11 à 14 (SP/1/9)

Mots clés : 
Partagez cet article
Commentaires

Seuls les utilisateurs identifiés peuvent laisser un commentaire.

Me connecter à mon compte